Le livre de la voie et de la vertu

Tao Te  King, Lao Tseu

Ce livre nous décrit la méthode pour aller vers la vérité mais aussi, nous initie aux grands principes du monde. Alors que le confucianisme demande à l’individu de se conformer aux standards d’un système social idéal, le taoïsme défend l’idée que l’individu devrait ignorer les préceptes de la société et uniquement chercher à se conformer au modèle sous-jacent de l’univers, le Tao (chemin), qui ne peut être ni décrit par des mots, ni conçu en pensée.

Pour être en accord avec le Tao, il ne faut « rien faire », c’est-à-dire ne rien faire de façon artificielle ou forcée. En suivant spontanément les impulsions de sa nature essentielle et en se vidant de toute doctrine ou savoir, on peut réussir à atteindre l’unité avec le Tao et ainsi découvrir un pouvoir mystique. Au niveau socio-politique, ils prônent le retour à une société agraire primitive.

L’harmonie, pour les taoïstes, se trouve en plaçant son cœur et son esprit dans la Voie (le Tao), c’est-à-dire dans la même voie que la nature. Il décrit le monde par de nombreux couples d’opposés, la joie et la tristesse, le bien et le mal, le jour et la nuit. Dans le principe, c’est toujours le plus faible qui l’emporte sur le plus fort. L’eau érode le rocher.

Tout se joue à travers les processus imperceptibles et silencieux de la nature. La grande musique a le son le moins audible. C’est la force de l’ineffable et du silence. Pour obtenir quelque chose, il faut se mettre en retrait, dans la philosophie du « lâcher prise ». Le « non agir » pour agir, bien comprendre le monde et son fonctionnement pour se placer dans le sens du vent et agir sans efforts.

Je vous propose de découvrir ici  la traduction du Tao Te King de Stephen Mitchell (Synchroniques Edition), ainsi que le « Tao Te king » original.